Xavier Mattis cultive l’esprit d’indépendance

Le bien-être animal, préoccupation montante dans l’opinion, est l’un de ses dadas. Autrefois à l’attache l’hiver dans le vaste bâtiment agricole aujourd’hui classé bio, ses ruminantes à la belle robe grise sont depuis plusieurs années en stabulation libre. A la clé, 1000 litres de lait supplémentaires par an et par animal !

 

Depuis plusieurs mois, Xavier Mattis alimente ses laitières avec un nouveau mélange fourrager spécial, plus fibreux. Résultat, là encore un gain de productivité sensible et un rendement fromager du lait amélioré. Un atout pour la transformation de ce dernier, réalisée dans le laboratoire de l’exploitation. La quasi-totalité des fromages, yaourts et autres fromages blancs est ensuite vendue dans ses deux magasins de Val d’Isère.

 

Promoteur des circuits courts bien avant que ceux-ci aient le vent à poupe, Xavier Mattis fournit également en produits laitiers, l’Étable d’Alain, le restaurant de la ferme, géré par sa mère Hélène, ainsi qu’une cinquantaine d’autres établissements de Val d’Isère et de Tignes et quelques supermarchés locaux, sans oublier les cantines de la commune. Mais pas davantage, en dépit des nombreuses sollicitations. Une question de philosophie pour cet agro-écologue visionnaire et indépendant dans l’âme, qui est arrivé à convertir l’exploitation conventionnelle familiale en ferme à taille humaine, maîtrisant toute la chaîne de sa production 100% avaline.

 

Également à la tête d’une entreprise de travaux agricoles, Xavier Mattis, mécanicien hors pair, procède à la modification d’une machine de fauche, pour qu’elle ne ramasse que les graines de Val d’Isère. Cet auditeur fidèle des colloques de l’Irstea*, espère ainsi réussir à ne conserver que les tiges pour ses fourrages. Riches en cellulose, elles facilitent la rumination des vaches. Les graines endémiques ne seront pas perdues. Mélangées à du compost, elles seront semées sur d’autres parcelles afin de restaurer la biodiversité des prairies avalines. Rien ne se perd dans ce modèle d’économie circulaire !

 

Xavier Mattis prouve également son attachement au territoire dans un registre plus ludique. Chaque année, pour la fête du Vieux Val, les décors spectaculaires du char de la Ferme de l’Adroit font à chaque fois sensation. Une œuvre collective mobilisant famille et employés, dont il loue la créativité et qu’il encourage, en parfait chef d’équipe.

Éditions du Sérac

*Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture