Dans la mêlée #3

Dans les “starting blocks” avec…
Laurent Gadenne, adjoint à l’Administration générale. En coulisses, Lionel Renard, Jean-Paul Orange et lui, ont supervisé l’installation du nouveau conseil municipal qui s’est déroulée lundi dernier. Entre les formalités juridiques, les règles protocolaires et sanitaires, comment s’est organisée cette première séance ?

Avant « Dès le lendemain des élections municipales, nous avons attaqué la préparation de ce conseil, finalement reporté suite au confinement. Dans ce contexte particulier, avec des interrogations en suspens, connaître les conditions d’organisation ne fût pas un exercice aisé. Nous sommes restés attentifs aux informations publiées dans les circulaires ministérielles. Nous avons échangé essentiellement par mail et visioconférence avec Jean-Paul Orange qui restituait les souhaits des élus. Il a fallu : rédiger les documents avec des points obligatoires – élection du maire, effectif des adjoints et leur élection – mais aussi des points urgents (ex : élection des membres du conseil d’administration du CCAS), préparer la documentation officielle pour les conseillers municipaux (guide du statut de l’élu local, charte de l’élu, modalités des conditions d’exercice…). Ce conseil s’est déroulé exceptionnellement à la salle Valériane au Centre des congrès afin de respecter les gestes barrières avec l’accord de la préfecture, sans questions diverses. Les services Bâtiments et Achats ont préparé et agencé la salle en mettant à disposition : masques, gants, lingettes et produit désinfectant ».

Après « Nous devons remplir des documents officiels et détaillés (ex : feuille de proclamation affichée en mairie dans les 24h après le conseil municipal et constatée par la Police municipale, procès-verbal…), ensuite nous les envoyons aux différentes instances (sous-préfecture, intercommunalité…) dans des délais relativement courts ».

 

L’info + Bon de commande : bon à savoir !

Dans l’attente de la validation des arrêtés de délégations, seul le Maire dispose de la signature engageant la collectivité.
Tous les types d’actes sont concernés, y compris les bons de commande. Toute autre signature rendrait le document illégal ou nul.

Quand le service Bâtiments aide à reprendre le chemin de l’école…

Retours aux actus